Interview : Bakary KOUYATÉ, Président de ISOC MALI dans Bamako News

bkouyate

JBN : Internet Society est une organisation qui existe dans notre pays depuis 1998. Cependant, elle semble méconnue du grand public. Quelle est sa mission et que retenir de son action depuis plus d’une décennie ?

Internet Society est une Association apolitique et à but non lucratif qui est composée de volontaires. Elle s’est donnée pour mission d’œuvrer pour le développement d’Internet au Mali et sa plus large diffusion auprès des utilisateurs potentiels ainsi que d’établir une liaison avec les autres associations rattachées à Internet Society. En ce qui concerne nos activités depuis dix ans, nous allons en énumérer quelques-unes sans être exhaustifs. Elles sont entre autres la conduite du projet AXIS ayant abouti à la mise en place du point d’exchanges Internet du Mali (MLIX). Nous avons également organisé un atelier technique de haut niveau avec l’AFRINIC sur le Protocole Internet version du IPv6. Nous sommes fiers d’avoir participé à la conception et au développement de l’ordinateur « Made in Mali » dénommé « Limmorgal ». Ce projet a permis d’équiper une salle informatique de 25 postes de type « Limmorgal » connectés à Internet au groupe scolaire de Boulkassoumbougou. Nous oeuvrons aussi sur les questions de traduction des manuels scolaires en langues nationale Bamanankan, de vulgarisation de la Gouvernance de l’Internet. A cet effet, nous avons instaurer l’Ecole malienne sur la Gouvernance de l’Internet : Malian School on Internet Governance (MaliSIG). Le mécanisme d’action passe aussi par l’organisation de débats contradictoires entre établissements supérieurs « Débatteurs ». Pour finir, une des grandes fiertés de ISOC-Mali, c’est la réalisation de trois études (2018/2019, 2020) sur l’état des lieux de l’Internet au Mali, sur l’utilisation des Réseaux Sociaux au Mali et sur l’Etat de l’Internet au Mali. Dans cette dynamique, le chapitre malien de ISOC a participé à un Nous avons un projet global pour mesurer la résilience de l’Internet en Afrique appelé MIRA (Measuring Internet Resilience in Africa)..

Télécharger l’interview complète