La cérémonie d’ouverture de la deuxième Édition de MALISIG a enregistré trois allocutions.

admin-ajax.php

Celle du Directeur par Intérim de l’AGETIC qui a entamé son discours par l’expression de sa gratitude pour le choix de son service pour accueillir cette deuxième édition et a souligné la solidité du partenariat entre l’AGETIC et ISOC.

Il a saisi l’opportunité pour remercier le ministre pour les multiples initiatives visant à mieux organiser le secteur de l’économie numérique, notamment l’organisation des ateliers thématiques tenus aout 2021, ou les acteurs se sont rencontrés pour débattre et faire des propositions permettant de booster le développement de l’économie numérique dans notre pays.

Il a terminé par remercier le Président du Chapitre Malien d’ISOC et tous les membres de l’association pour les multiples initiatives, notamment les études, les conférences débats et le renforcement de capacités des jeunes, actions qui contribuent au développement et à l’amélioration de la gouvernance de l’internet dans notre Pays.

De celle du président du chapitre Malien nous pouvons retenir :

Qu’il a situé l’évènement dans son contexte à savoir un espace de formation par excellence pour apprendre à connaître les grands piliers qui soutiennent l’écosystème de l’INTERNET.

Il a aussi précisé que MaliSIG est une initiative inspirée des standards sur le continent comme la FFGI, le WASIG et l’AfriSIG. Pendant 6 jours pleins, les experts nationaux et internationaux mettront à plat des thèmes comme la citoyenneté numérique, la cybersécurité, les droits numériques, l’économie numérique, l’administration électronique etc.

Il a signalé qu’ils ont enregistré en 5 jours, 313 candidatures de participation pour une cinquantaine de places disponibles. Cela prouve à suffisance que l’offre de formation dans le domaine est inférieure à la demande d’où un plaidoyer pour la multiplication de l’initiative.

Il a mentionné que leur vison pour MaliSIG est de faire du Mali une destination et un rendez-vous TIC annuellement sur le continent.

Il a terminé son allocution par remercier les partenaires à savoir l’AMRTP, l’AGETIC, Orange Mali, Complexe Numérique de Bamako Internet Society et Internet Society Foundation, la Fondation Africaine des TIC, le projet PRIDA et le FGI Bénin pour leur soutien pour avoir soutenu cette activité.

La dernière allocution a été celle du Ministre de la communication de l’économie numérique et de la modernisation de l’administration qui a noté que la Gouvernance de l’Internet questionne la stabilité et le vivre ensemble de la société moderne dite société de l’information. A ce titre, elle constitue un enjeu géostratégique, politique, économique et culturel pour toutes les nations émergentes. Loin d’être une affaire de quelques-uns, la Gouvernance de l’Internet nous concerne tous (gouvernement, société civile, secteur privé etc.).

Il a terminé son allocution en mentionnant qu’Internet ayant profondément bouleversé les habitudes professionnels, socio-culturels sa gestion mérite d’être appréhendée par tous les acteurs (responsables gouvernementaux, artisans, militaires, avocats, diplomates etc…).